J-1 : LES INFOS

12 octobre 2019 - 18:30

À retenir :

  • À l’image de l’an passé, la 113e édition de Paris-Tours devrait se jouer entre spécialistes des classiques où Søren Kragh Andersen avait profité d’un terrain de jeu accidenté pour s’imposer en solitaire. Cette année, Oliver Naesen, Niki Terpstra, mais aussi Stefan Küng seront au rendez-vous pour lui succéder.
  • Pour la deuxième année consécutive les coureurs retrouveront les chemins de vignes, 10,7 kms répartis en neuf secteurs ainsi que sept côtes dans les 50 derniers kilomètres.
  • La classique des feuilles mortes sera également la dernière course en ligne de Brice Feillu, vainqueur d’étape sur le Tour de France à Andorre-Arcalis en 2009, qui mettra un terme à sa carrière à la fin de la saison.

CÉDRIC COUTOULY : « IL N’Y A QUE LES COSTAUDS QUI PEUVENT ÊTRE ACTEURS »

Depuis l’installation de la ligne d’arrivée de Paris-Tours sur l’avenue de Grammont en 1988, la classique s’est achevée à 12 reprises par un sprint massif, laissant dans près de deux tiers des cas des opportunités à des attaques en solitaire plus ou moins lointaines, voire à des explications en petit comité. L’introduction en 2018 de chemins de vigne sur le parcours a donné lieu à une sévère explication, dont le déroulement pourrait être moins soudain selon Cédric Coutouly, responsable sportif de l’épreuve. « Nous avons légèrement diminué le kilométrage et surtout écarté les deux portions qui avaient fait le plus de dégâts l’année dernière. Nous avons aussi ménagé une plage de dix kilomètres qui sera propice à des regroupements. J’ai l’impression que la décision devrait se faire plus tard, explique-t-il. Par ailleurs, les chemins de vigne sont presque tous précédés d’une côte. Ce qui signifie que le poids d’une équipe est moins décisif, parce qu’on s’y présente en étant déjà dans l’effort. Il n’y a donc que les réels costauds qui peuvent être acteurs. Mais bien entendu, sur un plan stratégique il vaut toujours mieux être accompagné d’un coéquipier pour aborder le final au sein d’un petit groupe, par exemple ». 

LA DER POUR BRICE FEILLU

C’est au terme de sa 11e saison dans les rangs professionnels que Brice Feillu a choisi de se retirer des pelotons. Le coureur de la formation Arkéa-Samsic a connu le plus beau succès de sa carrière alors qu’il disputait en 2009 sa première saison au sein de l’élite, et s’était imposé sur l’étape pyrénéenne du Tour de France jugée en Andorre dans la station d’Arcalis. Au total, le coureur natif de Châteaudun, qui évoluera presque à domicile en début de parcours ce week-end, a participé à la Grande Boucle à sept reprises, et prendra le départ de Paris-Tours pour la cinquième fois.  

PARIS-TOURS ESPOIRS : 205 JEUNES DANS LE TREMPLIN

Comme son équivalent dans la catégorie supérieure, Paris-Tours marque une échéance de fin de saison importante chez les espoirs. 31 équipes ont rendez-vous ce dimanche au départ de Bonneval, avec plusieurs des jeunes les plus prometteurs en vue cette année. Ainsi, le tenant du titre Marten Kooistra essaiera à nouveau de dompter les chemins de vigne, mais aura notamment à débattre avec le vainqueur du Tour de l’Avenir, le Norvégien Tobias Foss. L’épreuve réservée aux moins de 23 ans sert de tremplin vers l’élite : le Néerlandais Nils Eekhoff, 3e de Paris-Tours Espoirs l’année dernière, sera cette fois-ci présent dans le peloton professionnel avec le maillot de son équipe Sunweb. Cinq autres coureurs ayant déjà fréquenté le podium en espoirs sont d’ailleurs engagés « chez les grands » ce dimanche : Angelo Tulik, Tony Gallopin, Olivier Le Gac, Kris Boeckmans et Jelle Wallays, seul à s’être imposé dans les deux courses.

KILOMÈTRE DE PARIS-TOURS : LES FILLES AU RENDEZ-VOUS

Bien avant les espoirs puis les professionnels, l’avenue de Grammont sera investie dans l’après-midi par les cadets et juniors sélectionnés par les comités départementaux et régionaux de cyclisme. Au total, 19 équipes font le déplacement pour se départager sur le Kilomètre de Paris-Tours, répondant à la formule inaugurée l’année dernière : ce sont désormais des équipes mixtes composées chacune de deux filles et de deux garçons qui s’affrontent.

Suivez-nous

Recevez les informations exclusives de Paris-Tours